Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 06:35

Il y a quelques jours, alors que j'étais allée chercher une commande chez le boucher du village qui propose également quelques produits frais qui viennent parfois bien à point aux distraits dont je fais partie,  je suis revenue avec 4 belles tomates Coeur de Boeuf. Leur particularité: elles étaient encore vertes. "Si vous les voulez, prenez-les! Elles n'intéresseront personne ici vous savez." Vous pensez bien que la bouchère n'a pas dû me le dire deux fois!

Pour se faire plaisir , rien de tel qu'un chutney parfumé aux fleurs des champs non?

 

Chutney de Tomates Vertes au Bleuet

 

DSC04408

 

 

Ingrédients:DSC04407

 

4 tomates "coeur de boeuf" encore vertes

2 cm de gingembre frais

150 gr de sucre de canne

5 càs de vinaigre de Jerez

1 citron

1 feuille de laurier

10 grains de poivre de Kampot

1 petit piment rouge

1 petit piment vert

1 clou de girofle

1 càc de canelle en poudre

1 càc de macis écrasé au pilon

4 càc de fleurs de bleuet séchées

 

 

1. Couper les tomates en petits cubes.

 

2. Raper le gingembre frais. Epépiner les piments et les émincer très finement.

 

3. Mettre tous les ingrédients dans un plat et mélanger. Couvrir de papier film et laisser macérer 24 heures au réfrigérateur.

 

4. Cuire à couvert et à petit feu pendant 45 minutes en mélangeant de temps en temps.

 

5. Sans laisser refroidir, mettre en pots stérilisés à l'eau bouillante et sceller. Conserver au frais et à l'abri de la lumière.

 

 

 Bonne journée à tout le monde, je file à l'école! 

 

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans Condiments
commenter cet article
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 11:15

Le sureau... encore et toujours.

 

Ah le sureau...

 

Au fil des saisons, je ne me lasse pas de jouer avec les cadeaux gourmands qu'ils nous prodigue. Cadeaux??? Oui, je le pense vraiment. Cet arbre qui peut paraître si commun tant il est présent dans nos campagnes, dans nos haies, est plein de ressources. Il est si présent que pour la plupart d'entre nous, il passe inaperçu: c'est d'un commun... J'en  ai vu et j'en voit encore beaucoup sacrifiés à l'esthétique paysagiste. Sa faculté d'adaptation aux terrains les plus incultes lui ont probablement terni sa réputation. Et pour tant, de la Scandinavie aux côtes de l'Afrique, dès le printemps , les insectes se régalent de ses ombelles de fleurs blanc crème qui avec le soleil de l'été se transforme en autant de baies noires dont raffolent les oiseaux.

 

Magiques souvenirs...

 

Il y a bien longtemps, le sureau était souvent relié à la magie: ce serait de son bois qu'aurait été faite la Croix; c'est à une de ses branches que Judas se serait pendu: c'est à Hylde-Moer, la mère danoise du sureau, qu'il fallait demander l'autorisation de couper ou de brûler son bois.

Je vous parle souvent de cet arbre au risque de vous lasser. Si je l'apprécie tant, c'est qu'il et lié à la magie de l'insouciance enfantine et au temps des courses une peu folles dans la campagne, aux odeurs de tartes ou de confitures qui flottaient chez Bonne-Maman. AU fil des saisons, j'essaye de retrouver toutes les préparations qui sont chères à mes papilles. C'est qu'il n'est nullement avare notre ami: du début de printemps (avec des asperges d'un genre peu connu en passant par les vins, les vinaigres, les beignets, les gelées, les sirops et mille autres bonheurs préparés avec ses ombelles), à l'été où il nous offre généreusement ses baies noirs qui éclatent sous la dent et qui animent de leur saveur caractéristique les sauces, les confitures et plein d'autres choses, il ne me lasse pas. Et je ne vous parlerai pas de ses propriétés médicinales, colorantes, insecticides et écologiques. Pour ceux qui possèdent un potager et qui réalise un compost, il paraît que l'endroit idéal pour le réaliser est justement au pied d'un sureau. Les excrétions de ses racines lui  seraient bénéfiques.

 

Savoureux souvenirs...

 

Savoureux à tous les sens du terme.

Promenades dans la campagne, jeux d'enfants dans les champs de blés, maraudages les plus risqués, course folles, égratignures, rires, larmes, cris, vêtements déchirés, découverte de la vie... Même pas peur des cris de grand-maman lorsque nous rentrions les vêtements tachés de ce colorant rougeâtre, traces indélébiles de nos gourmandes escapades... Sérénité de ces jours de pluie ou de ces soirées où, assis en cercle autour de grand-papa, nous l'écoutions et qu'il nous montrait comment réaliser des sifflets dans les branches droites et sans "noeud" du sureau.

 

Tout cela pour en arriver à une recette toute simple qui m'a été dictée par les premières baies de la saison. Pendant deux jours, ma cuisine s'est transformée en laboratoire.

Moutarde noire ou brune, vin, vinaigre, épices, herbes, miel, sucre, et j'en passe, tout ce qui était à ma disposition a participé à mes expériences.

Je vous donne la recette du résultat que j'ai le plus apprécié. Une moutarde relativement douce qui préserve la saveur sauvage caractéristique de la baie de sureau.

 

 

Moutarde aux Baies de Sureau

 

DSC04319

 

DSC04316

 

 

Ingrédients:

 

 

Je vous donne ici des quantités approximatives.

A chacun d'ajouter en fonction de ses goûts
personnels. Amusez-vous.

 

50 gr de graines de moutarde

1 bol de baies de sureau

une dizaine de grains de poivre noir

sel

un peu de zeste de citron

1 càc de miel

un filet de vinaigre de pommes

 

de l'huile de coude et de poignet...

 

 

 

1. Chauffer les baies de sureau pour les faire éclater (comme pour une confiture). Passer dans une étamine pour en recueillir le maximum de jus.

 

2. Faire réduire le jus à petit bouillon de manière à obtenir la consistance d'un sirop.

 

3. Au mortier, travailler les graines de moutarde afin d'obtenir une poudre.

 

4. Ajouter un à un les autres ingrédients tout en continuant de broyer: poivre, sel, zeste de citron.

 

4. Incorporer le miel et terminer ar le sirop de baies. Bien travailler au pilon afin d'obtenir une structure plus ou moins lisse.

 

 

Une petite côte de porc simplement grillée avec une crème moutardée au sureau? Cela vous tente?

 

Bonne journée à tous et toutes.

 

 DSC04317

 

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans Condiments
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 16:49
- J'ai fait une bonne affaire!
- Ah bon. Qu'est-ce que tu as trouvé?
- Des poivrons...
- Des poivrons?...
- Oui, en passant chercher une boisson, j'ai vu qu'il faisait des promos sur les caisses de poivrons.
- ...
- Tu feras toujours bien quelque chose avec ...
- ...
- Ben, on aime bien les poivrons...
- ...
(oui, on aime les poivrons, il ne se passe pas une semaine sans que j'en achète un, mais 2 caissettes! En plus, avec le boulot de fin d'année! mais que veux-tu que j'en fasse moi des ces poivrons? Pas le temps de courir après les tomates, les aubergines, les courgettes... pour nous préparer quelques bocaux de sauce provençale...)

Et bien, à défaut de faire des petites sauces ou autres mets, il a fallu vite trouver de quoi permettre à nos pauvres poivrons - dont l'état laissait facilement comprendre la remise de prix EX-TRA-OR-DI-NAIRE -  une alternative à la poubelle d'ici peu de temps.
Alors que fait-on dans ces cas-là? Des conserves... ça tombe bien, on aime bien les poivrons... ;-)


Deux recettes qui promettent des instants gourmands, cet été, avec les petites assiettes de crudités:

Poivrons Rouges à la Rose
et  Poivrons Jaunes à l'Anis Etoilé



Ingrédients pour 8 bocaux (4+4):

12 poivrons rouges
12 poivrons jaunes
8 dl d'huile d'olive
4 gousses d'ail
8 étoiles de Badiane (anis étoilé)
8 boutons de rose (non traitées)
sel
poivre noir du moulin
poivre de Sarawak en grains



1. Préchauffer le four à 180°

2. Laver et bien sécher les poivrons. Les badigeonner d'huile à l'aide d'un pinceau et les mettre au four 20 min.

3. Retirer les poivrons du four et les enfermer dans un sacen plastique. Laissez refroidir complètement. Retier la peau et vider des graines. Couper en 8 chaque poivron.

4. Laisser égoutter et puis étaler sur une grille recouverte d'un linge propre. Recouvrir 'un drap et laisser sécher pendant une nuit.




Les poivrons jaunes à l'anis étoilé:

1. Faire tiédir 4 dl d'huile d'olive avec les étoiles de badiane, du sel, et le sarawak.

2. Tasser les poivrons dans les bocaux.

3. Recouvrir d'huile parfumée et sceller.









Les poivrons rouges à la rose:


1. Tiédir l'huile d'olive avec du sel et du poivre noir du moulin.

2. Laver les boutons de rose et en effeuiller. Les laisser infuser dans l'huile tiède.

3. Tasser les poivrons dans les bocaux .

4. Recouvrir d'huile parfumée et sceller.

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans Condiments
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 19:33

Je suis certaine que la plupart d'entre vous, en lisant le titre, ce sont dit que cette fois cela y était: "Elle a complètement perdu le peu de tête qui lui restait!". Oui peut-être mais je peux vous dire que certains des Ecavien(ne)s pourront vous confirmer que cette petite préparation, goûtée chez Sang Hoon Degeimbre par quelques-un(e)s d'entre nous, a bien de quoi vous faire perdre la tête!

De spaghettis, en fait, il n'est guère question. Il s'agit en vérité d'une préparation à base de la fameuse courge portant ce même nom! Vous savez que le fond de mon jardin fut propice à l'extension des courges en tous genres. Celle-ci en fait partie. Si vous ne la connaissez pas encore allez donc faire un tour par ici ou par et vous serez étonné car elle a plus d'un tour dans son sac! La preuve: taper son nom dans Google et vous verrez le nombre de recettes qui la mettent à l'honneur.

Revenons-en à nos moutons. Chez Sang Hoon Degeimbre, donc, nous avions eu l'occasion de déguster quelques vins et quelques fromages (c'est ici). En accompagenement des fromages, un confit de courge spaghetti au gingembre qui en a séduit plus d'un ... n'est-ce pas Anne ;-).
Je m'étais promis de tenter de le "plagier" (ben oui, que voulez-vous, les papilles vous feraient faire n'importe quoi!). Comme j'avais des courges ainsi nommées  à profusion, je me suis lancée. Le premier essai, dont nous avons goûter le résultat avec Micky à notre retour de Bruxelles s'avérait un peu trop vinaigré. J'ai donc réitéré la tentative. Un poêlon sans et un second avec tout de même un peu de vinaigre mais en moindre quantité. Et le résultat, il est là:

Confit de Courge Spaghetti au Gingembre

spagingembre5

Ingrédients pour un pot:spagingembre9

375 gr de courge spaghetti
3 càs de vinaigre de riz
(vous pouvez utiliser du vinaigre blanc mais réduisez alors la quantité)
300 gr de sucre de canne
un morceau de 35 gr de gingembre frais (nous on aime, donc on ne lésine pas, adapter les quantités à votre goût)
5 cl d'eau

  1. Plonger la courge entière dans une casserole d'eau bouillante et faire cuire plus ou moins 45 minutes.

  2. Prélever 375 gr de filaments de chair.

  3. Faire cuire, à couvert et à petit feu, la chair de la courge avec le gingembre râpé (merci Anne pour la Microplane), l'eau, le vinaigre et le sucre. Les spaghetti doivent devenir fondants et le liquide doit disparaître complètement: j'ai laissé cuire 2 heures à tout petit feu.

...
vivement le prochain plateau de fromages
...
s'il reste du confit!

spagingembre3

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans Condiments
commenter cet article
21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 07:26

QUAND LE SUREAU EST DANS TOUS SES ETATS...

collage

Au  printemps, suite à un post de Ketchup_aux_baies_de_Sureaugp sureau: des crêpes et un flan avec de la rhubarbe.

Les fleurs se sont transformées en baies juteuses qui éclatent sous la dent pour nous offrir leur saveur si particulière qui me rappelle ces journées de courses folles dans les campagnes de mon enfance. Nous dégustions ces fruits généreusement offerts à l'ombre des haies, le vélo jeté en contrebas du talus. Parfois, incorrigibles monstres, pour le malheur de nos mères éthiques, nous nous en servions comme munitions pour nos batailles rangées: les filles contre les garçons; "Les garçons vieux citrons et cornichons...!" hymne de guerre de gamines plutôt garçons manqués qui courraient à travers bois et champs à la recherche de moments à ranger précieusement dans la mémoire et qui, à l'heure actuelle, résonnent comme des moments remplis de bonheur.
Je ne ma bats plus avec les baies de sureau - serais-je moi aussi devenue éthique? - mais j'aime les conserver sous toutes les formes possible afin de pouvoir, de temps à autre, partager des instants de cuisine sauvage avec ceux que j'aime. Cette année, j'ai voulu lui donner des accents divers et je me suis essayée à diverses combinaisons qui, ma foi, sont toutes assez attrayantes. Tantôt sous forme sucrée, tantôt sous un aspect plutôt épicé: le sureau s'accomode parfaitement de saveurs aussi changeantes. Voici une de ces recettes:

Ketchup aux Baies de Sureau

Ketchup_aux_baies_de_Sureau

Ingrédients

350 gr de baies de sureau bien mûres
450 ml de vinaigre de vin
un fond de vieux Porto
25 grains de poivre noir
12 clous de girofle
un morceau de gingembre frais
1 lamelle de macis
2 échalote
1/2 càc de sel

  1. A four très doux (50°), faire cuire, dans un récipient couvert, pendant toute une nuit (12 heures) les baies de sureau et le vinaigre.

  2. Le lendemain, filtrer le liquide et y ajouter épices et aromates. Porter lentement à ébullition et laisser cuire à gros bouillons pendant 5 minutes.

  3. Verser la préparation dans des bouteilles stérilisées.

Ce ketchup est une sauce qui s'utilise pour parfumer les jus de viande. A la saison du gibier, je vous donnerai une recette qui s'accommode particulièrement bien de ce condiment.

A demain, pour d'autres recettes autour du sureau. Bonne journée à tous et toutes.

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans Condiments
commenter cet article
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 07:56

ail_roseIl y a un peu plus d'une semaine, je recevais un seau d'ail de Lautrec de ma petite belle-soeur. Voici donc le résultat de la saga de l'ail: une petite recette de conservation plutôt facile et goûteuse à souhait. Nous l'avons testée tout simplement ce dimanche soir, après une journée de balade, avec un morceau de fromage de chèvre sec artisanal, un peu de pain sept céréales tout aussi artisanal et un verre de vin rouge frais: en-cas tout en simplicité mais tellement savoureux.

Gousses d'Ail en Saveurs Piquantes

ail_g

Ingrédients

10 têtes d'ail (+/- 100 gousses)
1/2 l de vin blanc sec
1 dl de vinaigre blanc
75 gr de sucre
2 piments
1 càs de thym et de romarin
1càc de grain de poivre noir
4 feuilles de laurier
2 càc  de sel
4 càs d'huile d'olive

  1. La préparation s'étale sur 24 heures mais elle est très simple. Le plus fastidieux est d'éplucher les gousses d'ail... et d'ôter le germe s'il y en a.  Mettre l'ail et tous les ingrédients dans une casserole fermée (j'ai utilisé une cocotte en terre cuite dont j'ai scellé le couvercle avec une pâte faite de farine et d'eau). Faire bouillir le tout pendant 3 minutes et laisser reposer toute une nuit.

  2. Le lendemain, recuire la préparation à gros bouillon pendant 5 minutes et laisser refroidir à couvert.

  3. Desceller, laisser vos narines être envahies par le bouquet de senteurs, résister - si possible - à l'envie de croquer une gousse (j'ai pas pu!) et mettre dans des bocaux préalablement ébouillantés. Conserver au réfrigérateur.

... un monument qui accompagnera aussi bien vos grillades,
que vos salades ou simplement,
comme nous ce dimanche soir, un morceau de fromage...

ail_p

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans Condiments
commenter cet article

Présentation

  • : Alice au pays des saveurs
  • Alice au pays des saveurs
  • : jouer avec les saveurs pour, chaque jour, réapprendre à goûter, être à l'écoute des produits et des producteurs, partager avec ceux qu'on aime et tous les autres, s'amuser et découvrir.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Le Sureau dans tous ses Etats

26374422.jpg

Texte Libre

Signons la charte
"Abeille, sentinelle de l’environnement"

Texte Libre

Ici et Là, je suis aussi