Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 19:35

Nous sommes entre deux saisons. A cette époque de l'année, les champignons se taillent une belle part de saveurs sur les étals. Difficile de ne pas se laisser tenter surtout quand, sans crier gare, vous vous retrouvez nez à nez avec de magnifiques cèpes de bordeaux qui ne demandent qu'à parfumer votre cuisine.

 

Est-ce l'approche de l'équinoxe et  la chute des températures, je ne sais pas , mais j'avais envie de rester dans les couleurs et les saveurs de l'été tout en privilégiant un plat qui apporte un peu de chaleur.

Ce petit millefeuille a su satisfaire mes désirs.

 

 

Millefeuille Aubergine Tomate Cèpes

Gratiné à la Tommette de Savoie

 

DSC04382

 

 

DSC04388

  

 

Ingrédients pour 1 personne:

 

 

 

1 tomate "Coeur de Boeuf"

1 aubergine

2 cèpes de bordeaux

2 càs de noix de cajou

huile d'olive aux cèpes

huile d'olive

fleur de sel

poivre noir du moulin

4 oignons fanes

4 tranches de Tommette de Savoie

 

 

1. Nettoyer les champignons avec une brosse douce ou un linge.

 

2. Couper tomate, aubergine et cèpes en tranches d'un demi centimètre d'épaisseur.

 

3. Conserver les lamelles de cèpes entières et émincer les autres.

 

4. Badigeonner les tranches d'aubergine généreusement sur les deux faces d'huile d'olive aux cèpes.

 

5. Préchauffer à feu vif une poêle à grillade et y faire revenir les aubergines sur les deux faces. Assaisonner. Retirer et réserver.

 

6. Après avoir fait chauffer une càs d'huile d'olive dans la  poêle, faire revenir les tranches de cèpes et donner un coup de chaud aux tomates. Assaisonner et réserver.

 

7. Monter en millefeuille et déposer le fromage sur le dessus.

 

8. Faire fondre les oignons fanes dans un peu d'huile d'olive, ajouter les chutes de cèpes émincées  et les noix de cajou grossièrement écrasées. Saler et poivrer.

 

Un petit verre de vin ... le week-end commence plutôt bien!

 

DSC04383

 

 

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 07:31

LA rentrée est bien là. Même la nature a une autre allure. La matin, une épaisse couche de rosée recouvre les herbes et les champignons se délectent de ce cocon humide qui leur va si bien. Récolte prévue ce week-end! C'est qu'il y a de petits coins biens cachés qui abritent de petits trésors.

 

Avant cela, une recette que je dédie à mon fromager préféré et à sa petite femme: Pascal et Maud Fauville. Lundi, jour de la rentrée, ce fut pour moi comme une évidence de passer dans leur petit monde gourmand: besoin de réconfort sans doute. Comme à chaque fois, je rentre chez eux avec une idée de recette dans la tête et j'en ressors les bras chargés de produits plus délicieux et intéressants les uns que les autres. C'est que Pascal est de ceux qui aiment, qui vivent même, ses produits et ses producteurs. L'écouter parler de ses fromages, c'est se laisser emporter dans un monde de gourmandise où participent l'éclat et l'expression des yeux, les mots utilisés, les gestes tendres qui entourent le fromage dont il vous conte l'histoire, un monde qui est fait pour lui. Ne serait-ce pas plutôt lui qui est fait de ce monde? Je crois bien que c'est cela la raison....

 

Toujours est-il que Pascal après m'avoir conseillée pour une élucubration à venir m'a raconté un fromage de chèvre:

 

"La Rove Bleutée au Thym"

 

DSC04354

 

 

Ce fromage de chèvre au lait cru est produit dans le petit village de Rove, près de Marseille, avec le lait cru d'une race de chèvre particulière et généreuse qui peut donner 900 litres de lait par an: la chèvre du Rove. Elle joue un rôle important dans la prévention du feu mais si ce rôle a toute son importance, c'est, ici, son lait aux parfums de la garrigue qui nous intéresse et surtout le fromage auquel il donne le caractère. Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, allez rendre visite à André Gourian.

 

 

Sur la photo, un fromage en cours d'affinage. Tous les jours, en affineur amoureux de ses fromages, Pascale caresse la quenelle afin de rabattre les "poils", le mycélium qui donnera, avec le temps, les taches bleutées au fromage.

 

En dessous, un vieux Rove séché auquel je n'ai pu résister longtemps. C'est avec celui-ci que j'ai élucubrer une petite préparation rapide qui me convenait particulièrement bien en ce temps de rentrée.

 DSC04352

 

 

 

 

 

Spaghetti de Courgette au Thé Noir

en "Carbonnara" de Rove Bleuté

 

 

DSC04358

 

 

 

 DSC04359

Ingrédients pour 1 personne:

 

1 petite courgette

1 Rove au thym bien sec

3 dl d'eau

1 càs de graines de tournesol grillées

1 feuille de laurier

sel

poivre de sarawak du moulin

2 càc de thé noir (Sri Lanka)

1 jaune d'oeuf

 

 

 

 

1. Laver la courgette et la passer au spiraleur pour en faire des spaghettis. Vous pouvez aussi en faire de fines tagliatelles à l'aide d'un économe.

 

2. Porter l'eau à ébullition avec le sel, le poivre et la feuille de laurier. Laisser infuser le thé renfermé dans une cuillère à thé ou dans une mousseline.

 

3. Porter à nouveau l'eau à ébullition et y plonger les spaghettis de courgettes 1 à 2 min maximum selon leur épaisseur. Égoutter et rafraîchir et laisser en attente.

 

4. Récupérer 2 dl de bouillon au thé. Ajouter le fromage râpé et faire fondre à petit feu en mélangeant à la cuillère.

Quand le fromage est fondu, retirer du feu et ajouter le jaune d'oeuf , fouetter. Dès que la sauce est liée servir.

 

 

Arroser généreusement les spaghettis de courgettes avec la sauce au Rove. Parsemer de graines de tournesol et de copeaux de Rove.

 

DSC04363

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 22:44

Je vous ai expliqué ici comment mes vacances de convalescente avaient bien commencé. Après l'apéritif tout en sagesse autour du Gingered, nous avons dégusté de petites babioles préparées par chacun d'entre nous. Juste de quoi nous ouvrir l'appétit pour le barbecue proprement dit.

 

Mark nous avait préparé un gaspacho tout simplement délicieux qui a apporté fraîcheur et croquant en ce début de soirée estivale. Vous en trouverez sa recette ici.

 

DSC03784

 

J'avais, quant à moi, revisité une recette de Jacques Marcon.Le petit épeautre, une céréale que j'apprécie de plus en plus, y a apporté son petit côté consistant et "liant". La farce ainsi préparée est remplie de saveurs et peut se suffire à elle-même, froide ou chaude, pour un petit repas à emporter en picnic ou au travail. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait en servant le reste en accompagnement de la papillote de poisson le lendemain.

 

Ballottine de Consoude au Petit Épeautre -

Jus de Courgette au Curcuma

  

 

DSC03789

 

DSC03788

 

 

 

 

 

Ingrédients pour une douzaine de bouchées:

 

 

12 feuilles de consoude

150 g de petit épeautre

3 courgettes

1bulbe de fenouil

1 poivron rouge + un demi

1 poivron vert

2 tomates coeur de boeuf

1 oignon rouge

1 échalote cuisse de poulet

1 gousse d'ail

4 dl de vin blanc

1 branche de thym serpolet

sel

poivre noir du moulin

curcuma

huile d'olive

ciboulette

fleurs pour la garniture

 

 

 

 

1. Porter une grande quantité d'eau à ébullition et y blanchir les feuilles de consoude 30 secondes. Plonger directement les feuilles dans de l'eau glacée. Égoutter, éponger et réserver.

 

2. Cuire le petit épeautre (1mesure de céréale/3mesures d'eau) à l'eau salée, à couvert, à petit feu, pendant 60 min. Toute l'eau doit être absorbée.

 

3. Laver les légumes. Couper en petits cubes une courgette, le fenouil, un poivron rouge et un poivron vert épépinés et une tomate.

 

4. Émincer finement l'oignon rouge et le faire revenir à la poêle dans de l'huile d'olive. Ajouter les cubes de légumes et cuire à petit feu pendant une dizaine de minutes.

 

 

DSC03786

 

 

 

5. Préparer le jus.

Émincer l'échalote et la faire fondre dans de l'huile d'olive. Ajouter l'ail , les 2 autres courgettes , la moitié de poivron rouge et la seconde tomate, le tout grossièrement émincé. Faire prendre couleur en mélangeant.

Déglacer avec le vin blanc et couvrir d'eau froide juste à hauteur.

Ajouter le thym, le curcuma,saler, poivrer et laisser cuire à petit feu à couvert 15 minutes.

 

6. Passer le jus à l'étamine. Veillez à bien presser afin d'en recueillir un maximum... c'est trop bon!

 

7. Réduire le jus recueilli de manière à en conserver 1dl... 1 dl de concentré de saveurs!

 

 

Mélanger le petit épeautre et les légumes. Ajouter de la ciboulette émincée. Emballer une càs précautionneusement dans une feuille de consoude. Lier avec un brin de ciboulette. Conserver au frais jusqu'à dégustation.

 

 

Pour la cuisson, j'ai choisi des paniers à Dimsum, bien pratiques pour une cuisson de dernière minute à l'extérieur, dans lesquels j'avais ajouté quelques branches de fenouil. Une poêle avec un fond d'eau sur la grille du barbecue et le tour est joué. Il suffit de laisser cuire 5 minutes à la vapeur. 

 

 

 

 

 

 DSC03791

 

 

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 10:54

Dernier week-end de vacances, on met les bouchées double dans le jardin. Le soleil est de la partie, les premières fleurs blanches sont apparues sur les fraisiers et augurent de desserts savoureux. Les fèves des marais pointent elles aussi le bout de leur nez. Bourrache et consoude sont déjà grandes et prêtes pour subir mes élucubrations.

En attendant, il me restait quelques beaux poireaux bio: un légume tout trouvé pour les zhoms. Moi, par contre, je me contenterai de leurs racines: non non je ne tiens pas à tester ce qui se passe lorsqu'on mange les plantes par les racines mais je sais, pour les avoir déjà cuisinées quelques fois, que les racines de poireaux c'est très très bon. Et oui, dans la nature tout est bon, les racines de poireaux en font partie.

 

Occasion aussi de tester les mélanges d'épices "Santa Maria" que j'ai acheté dans mon super-marché Delhaize: "Lime & mint" est composé d'un mélange de menthe, lime, piment jalapeno, poivron, combawa, ail, cumin, curcuma.

 

 

 

Racines de Poireaux à la Menthe et Lime pour Rouget sur Blé

 

 

DSC03165

 DSC03164.JPG

 

 

 

Ingrédients pour une personne:

 

 

 

4 filets de rougets

les racines de 4 poireaux BIO

2 fines tranches de lard salé

1 jaune d'oeuf

4 càs de lait

1 càc d'épices Lime et Menthe (Santa Maria) 

sel

poivre noir du moulin

blé cuit dans le double de son volume d'eau salée

persil plat

huile d'olive

 

 

 

 

 

 1. Bien laver les racines de poireau. Les blanchir 5 min dans de l'eau bouillante salée. Egoutter.

 

2. Couper le lard en fines lanières et le faire revenir à la poële.

 

3. Ajouter les racines de poireaux. Assaisonner de Lime&Mint , baisser le feu et couvrir. Laisser mijoter à couvert 10 min.

 

4. Pendant ce temps, faire revenir les filets de rouget à l'unilatérale dans de l'huile d'olive. Assaisonner de poivre et de sel.

 

5. Emincer le persil plat et l'ajouter au blé.

 

6. Battre le jaune d'oeuf avec le lait. Asaisooner de poivre et sel. Verser sur les racines de poireaux en mélangeant à la cuillère.

 

 

 

Servir  avec une pointe de 'Lime&Mint" sur les racines.

Simple, rapide, un mariage terre-mer un brin rustique: à tester en toute simplicité.

 

 

 

 

DSC03166

 

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 22:22
DSC02453







Les fêtes et leurs savoureuses dégustations sont déjà derrière nous. Deux menus aussi gourmands en si peu de temps... il faudra quelques jours de diète pour récupérer et  perdre les quelques grammes accumulés on se demande bien pourquoi.  

En rentrant de l'école, j'aurais bien apprécié une bonne petite soupe (n'est-ce pas Mamina ;-) ). Il était déjà 21h30 et la soirée ne faisait que commencer. En prévision de l'énergie que je devais absolument retrouver pour terminer un rapport, j'ai décidé de jouer avec deux trois petites choses qui traînaient dans le fond du réfrigérateur et des placards.
pendant que je me dégustais une petite Kriek Girardin - et oui, cela fait du bien de décompresser en savourant un petit péché de gourmandise.

Du réconfort doux acidulé apporté par les airelles, l'amertume revigorante du chicon, l'onctuosité conférée par la ricotta, le tout rehaussé par le croustrillant crumble et hop, en deux tours de cuillères j'étais repartie pour le round de la soirée. et, tant qu'à faire, autant en prévoir un peu plus pour me réserver un moment de détente gourmande demain à midi.

DSC02456






Ingrédients pour 1 personne:




2 chicons
une càs de beurre
un brin de thym frais
sel
poivre noir du moulin
2 càs bombées de ricotta
2 oignons fanes
2 bonnes càs d'airelles
une tasse de Kriek Grirardin (bière élaborée par la brasserie Girardin à Sint-Ulrich-Kappel)
noix et noisettes grossièrement hachées
2 càs de farine de d'épeautre
1 peu de beurre




1. émincer les chicons. Les fondre légèrement au beurre dans une poêle anti-adhésive.

2. Ajouter les oignons fanes finement émincés ainsi que le thym effeuillé.

3. Ajouter la ricotta pour lier le tout. Assaisonner de poivre et de sel. Réserver.

4. Pendant la préparation des chicons, réhydrater les airelles dans la tasse de Kriek sur  feu doux. Assaisonner. Laisser légèrement caraméliser de manière à obtenir une texture sirupeuse.

5. Du bout des doigts, mélanger les noix et noisettes concassées avec la farine d'épeautre et le beurre afin d'obtenir une pâte sablonneuse. Assaisonner légèrement.



Dresser à l'aide d'un emporte-pièce en terminant par le crumble. Passer au four.

C'est simple, rapide  mais qu'est-ce que c'est bon!


DSC02458
Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 00:00
Une recette réalisée ...le 16 novembre...


ce lundi-là, sur le chemin qui me ramenait de l'école, je me posais la sempiternelle question: "Qu'est-ce que je vais encore faire comme accompagnement pour les zhoms?" Déjà qu'il n'est point question d'oser leur présenterdu gibier... Mais tant pis pour ces messieurs, je voulais me faire plaisir:  tournedos de boeuf pour eux, tournedos de marcassin pour moi. Et de un! Des frites avec une salade pour eux et des crosnes pour moi! Et de deux!

Ni une ni deux, sauter hors de la voiture. Enfiler mes bonnes vieilles bottes de "cayoutchouk" et hop, me voilà dans le potager à la lumière de la lampe de poche. Les crosnes, où sont les crosnes? Ah, ici! Un petit coup de fourche bêche et les trésor se dessine dans le faisceau de la lampe. Aussitôt sortie de terre, la motte aux précieuses racines est délicatement déposéesdans le panier et je rentre aussi vite, fière comme Artaban, à la maison. Mes premiers  crosnes à moi, de mon petit carré de potager (merci José, merci Anne et vive Pomone!).

La récolte retirée avec une tendresse toute particulière des rhizhomes est posée, telles des pépites, dans un petit panier.
Le fiston arrive et... oh rage, oh désespoir! "Où es-tu allée chercher ces trucs-là. Tu nous prends pour des participants de Kho Lanta? Tu crois pas que je vais manger des asticots!..."
Elan coupé net! Moral de maman raplapla. Il ne comprendra donc jamais rien!


"Et bien non, je ne te ferai pas l'affront de te servir des "asticots", les asticots - que l'on appelle "crosnes du Japon" est un légume! Et si tu n'en veux pas et bien j'en aurai plus, rien que pour moi! ". Maman devient égoïste...



Le crosne du Japon est une plante de la famille des labiacées et qui provient, comme son nom l’indique, du Japon, mais aussi de Chine.Il s’agit d’une espèce vivace par ses tubercules. Sur ses racines se forment des rhizomes tubéreux en forme de chapelet, mesurant quelques centimètres dont le goût ressemble à celui de l'artichaut.

Le crosne du Japon ne contient aucun lipide, tout en étant très énergétique: pourquoi s'en priver, nos fesses n'auront rien à nous reprocher!

Sa culture ressemble à celle de la pomme de terre, dès que le feuillage flétrit (novembre) jusqu'au mois de janvier, vous aurez de quoi vous régaler.  




Ceux et celles qui ont eu la chance de participer  au salon du Blog de Soissons ont pu, grâce à Anne et José, se familiariser avec ce légume qui, pour ma part fut déjà un régal en toute simplicité, à la "croque au sel".




Et à propos de ce salon, je n'ai pas assez de synonymes dans mon dictionnaire pour le qualifier: super, géant, extraordinaire, palpitant, riche, incontournable, ...
et tout cela grâce à qui?????

grâce à "THE TEAM" (photo lâchement "piquée sur Facebook" car je n'avais pas d'appareil photo avec moi pendant ce week-end de folie)



Mille Mercis à vous!




Crosnes du Japon Brésiliens à la Chaleur Martiniquaise
pour Marcassin de chez nous.... tout un voyage







Ingrédients pour 1 personne:


1 médaillon de filet de marcassin
200 gr de crosnes
du gros sel (pour le nettoyage des crosnes)
du bon beurre de ferme
2 càs d'huile
une dizaine de noix du brésil
1 petit verre de rhum
1 botte de persil plat
poivre de sarawak
fleur de sel Maldon
1 càc de pâte de tomate





1. Nettoyage des crosnes (pour ceux et celles qui n'ont pas assisté à la démo d' Anne à Soissons)

Rouler délicatement les crosnes dans un linge avec du gros sel. Ils vont ainsi petit à petit se débarrasser de la terre et "blanchir". Il suffit alors de les rincer à l'eau afin d'en ôter toutes les impuretés. Bien les égoutter et les essuyer dans un linge propre.

2. J'adore les légumes un peu (beaucoup ... ;-)) croquant sous la dent. J'ai donc choisit de ne pas précuire mes crosnes à l'eau bouillante salée. Je les ai donc directement mis dans la poêle avec un bon morceau de beurre, couvert et laisser cuire ainsi pendant 15 minutes à feu doux. Égoutter.

3. Dans une seconde poêle, faire fondre le restant de beurre avec une càsd'huile d'olive. Y faire revenir le médaillon de marcassin . Poivrer au Sarawak et saler. En fin de cuisson. Retirer et déposer sur une grille en attente.

4. Déglacer les sucs de cuisson de la viande avec le rhum, flamber. Ajouter la càc de purée de tomate et mélanger. Rectifier l'assaisonnement. Ajouter les noix de brésil grossièrement émiettées.


Réchauffer les crosnes dans la sauce, parsemer de persil plat émincé et servir avec la viande et ... chuttt!





Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 00:00
Il est temps, grand temps... à la limite du "out time". C'est des haricots dont je parle. Les haricots de Soissons. Mais oui. Évidemment. Comme, je pense, tous les heureux participants au Salon du Blog Culinaire qui aura lieu dans 2 mois - encore 60 dodos! - , j'ai reçu un petit paquet dans ma boîte aux lettres. A l'intérieur, un petit pot de

Crème de haricot de Soissons aux noix  plus que gourmand de Marie  qui n'a pas résisté bien longtemps aux assauts incontrôlables de la petite cuillère ainsi qu'un sachet des fameux haricots de la non moi fameuse Soissons (dont le vase  etc etc... je ne vais pas vous donner un cours sur cette histoire). Le crème de haricots de Marie, je n'ai pas eu le temps d'en faire une photo mais le sachet de haricots le voici le voilà.


A l'origine de ce petit cadeau gourmand, il ne pouvait y avoir qu'une seule personne: notre Chef préféré, Damien. Il nous demandait de laisser vagabonder notre imagination et de poster une recette avant le 25 septembre... C'est demain, non dans un 1/4 d'heure!!!!


Heureusement que je vous avais notés en rouge dans mon agenda messieurs les haricots sans quoi je loupais la date. Surtout que vous ne vous laissez pas si vite faire, il nous faut faire preuve de patience pour pouvoir vous apprécier dans toute votre splendeur! Les artistes aiment se faire attendre!
Comme je voulais vous réserver un tour à ma façon digne de votre réputation, votre préparation a débuté au jour épinglé en lettres capitales rouges dans mon planning (mardi soir) pour se conclure aujourd'hui à 23h10 en une petite dégustation, juste entre vous, un petit verre de vin blanc et moi. Une bien charmante façon de boucler la journée je trouve.


Ingrédients pour 4 personnes:

300 gr de haricots de Soisson
1 échalote
un bouquet de persil plat
1 kg de sel gris de Noirmoutier (coucou Marie-France)
1 kg de palourdes (pas du Gois malheureusement...)
1 carotte
1 petit oignon
persil
150 gr de magret de canard fumé en fines tranches
2 dl de crème fraîche
30 gr de miel
20 gr de poivre de Sélim: l'idéal est de le broyer avec sa "gousse", c'est ainsi qu'il libère le mieux tous ses arômes.




Après avoir généreusement recouvert les haricots d'eau, les oublier pendant au minimum 12 heures.

1. Égoutter les haricots. Les cuire, à couvert, pendant 1 bonne heure dans l'eau frémissante .

2. Préchauffer le four à 150°

3. Mélanger le sel gris, le miel et de poivre de Sélim concassé. Tapisser une terrine d'une couche de sel. Déposer les haricots et les recouvrir d'une couche de sel. Mettre au four pour 2 heures. Casser la croûte de sel , récupérer les haricots, ôter la peau et garder au chaud.

4. Déposer les palourdes sur un lit de persil, carottes et oignon grossièrement émincés. Ajouter un filet d'eau. Faire ouvrir les coquillages à grand feu. Récupérer et filtrer le jus de cuisson et laisser les palourdes en attente.

5. Dans une poêle, faire revenir 4 tranches de magret à sec jusqu'à ce qu'elles soient bien croustillantes. Réserver.

6. Ajouter le reste de magret au jus de cuisson des palourdes filtré. Porter à ébullition.

7. Ajouter la cr fraîche et rectifier l'assaisonnement. Laisser cuire à petit feu une dizaine de minutes. Passer au mixer plongeant. Ajouter quelques feuilles de persil plat ciselées.


Servir les haricots mélangés à la chair des palourdes noyés dans la sauce au magret. Garnir d'une croustille de magret.



Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 00:00

L'Aubergine, un légume qui évoque le sud: moussaka, parmigiana, melanzane arrostite, grillées simplement ou frites  à l'huile d'olive - que ce soit en tranches, en rondelles, en chips, en caviar, en cubes, chaude, froide , toutes les variations lui conviennent et en font un "fruit" pour lequel les papilles ont plus d'une occasion de s'éveiller!
C'est maintenant la pleine saison de l'aubergine et Damien - encore lui - l'a choisie pour un nouveau petit concours. Il ne reste que quelques jours (31 juillet, date ultime) alors dépêchez-vous.

Pour cette recette j'ai voulu jouer sur les gammes terrestres de l'aubergine et des graines associées à un soupçon de saveurs iodées de l'algue dulse. Le Rocamadour en chaud-glacé est venu apporter sa touche gourmande à l'ensemble.

Algue rouge-rosé, tirant parfois sur le carmin, la Dulse forme des thalles très fournis composés de nombreuses lames arrondies ou pointues, longues de 25 à 40 cm, larges de 2 à 5 cm. Fraîche, un thalle peut peser plusieurs kilos. Elle ressemble à une très belle salade rouge à feuilles découpées.

Très abondante sur les côtes de Bretagne et d'Irlande, la Dulse se rencontre aux quatre coins du globe. Elle prospère sur les rochers, ou bien accrochée sur d'autres algues. On la trouve entre la limite des basses mers de mortes-eaux et vives-eaux.

La Dulse a une saveur douce et corsée à la fois, elle se marie aisément avec les autres aliments. Elle est utilisée depuis des siècles en Amérique du nord, en Irlande, au Pays de Galle, en Islande. Elle y composait un aliment précieux puisqu'il permettait de traverser les famines, lorsque les récoltes terrestres n'étaient pas suffisantes. Elle est aujourd'hui couramment consommée en Irlande simplement séchée, à l'apéritif ou en accompagnement d'une bière.
http://www.algaia.com/



Ma dulse déshydratée, je l'ai ramenée de Vendée et il me tardait de la tester. Voilà qui est fait.

Variation d'Aubergine sur Rocamadour
et Mousse Légère d'Ail aux Graines à la Dulse




Ingrédients pour 1 personne

1 aubergine
huile de pistache
farine à tempura
eau glacée
curcuma
2 rocamadours
2 dl de cr fraîche
1 dl de lait
poivre noir
sel
1 tête d'ail frais
1 feuille de laurier
1 pincée de sel
huile d'olive
2 càs de dulse déshydratée
1 càs de graines de tournesol
1 càs de graines de courges
1 càs de pistaches
quelques pétales de dulse réhydratée pour la déco



Préparer la glace au Rocamadour:

1. Porter le dl de lait à ébullition . Retirer du feu et ajouter le rocamadour coupé en petits morceaux. Mélanger afin de faire fondre le fromage.

2. Ajouter 1 dl de cr fraîche et assaisonner de sel et poivre.

3. Turbiner

La mousse à l'ail et Dulse

1. four préchauffé à 150°C

2. Éplucher l'ail et l'emballer dans un morceau de papier aluminium avec quelques gouttes d'huile d'olive. Ajouter la feuille de laurier et une pincée de sel. Bien refermer la papillote d'alu.

3. Confire au four à 150° pendant 30 minutes.

4. Mixer les gousses d'ail confites avec 1 dl de cr fraîche et la dulse déshydratée. assaisonner de poivre de noir du moulin et de sel. ajouter les graines.  Mettre en attente.

Les aubergines:

1. Prélever la pointe de l'aubergine et la couper en spaghettis.

2. Mélanger intimement la farine à tempura avec l'eau glacée. Y plonger les spaghettis d'aubergine et les frire à l'huile d'olive à 180°. Saupoudrer de curcuma et égoutter sur un papier absorbant.

3. Couper le reste de l'aubergine en fines tranches. Badigeonner d'huile de pistache au pinceau les deux faces et faire griller. Réserver au chaud


Servir les aubergines grillées et en beignet accompagnées d'un rocamadour tiédi sur un lit de sauce à l'ail et dulse. Accompagner de quelques petites boules de crème glacée au rocamadour et de quelques pousses de jeune salade pour les plus gourmands.








Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 14:15
Comme tous les lundis, je profite de ma journée de "congé" pour faire tout ce que je ne sais pas faire en semaine et j'exploite le peu de temps mis  ma disposition pour préparer - dans la mesure du possible - le repas des mes hommes du mardi. C'est que mardi, mercredi et jeudi, ils sont abandonnés à leur triste sort par l'indigne que je suis qui reste à l'école de 9h00 du matin à 21h00. Ma cuisine doit d'ailleurs avoir quelques souvenirs de ces soirées "bouffe masculine" mémorables mais, comme c'est étrange, personne ne dit mot à ce sujet, le secret est de mise!

Hier, donc, je leur ai concocté un plat complet à base de fèves. Ce genre de plat complet qui, réchauffé, est encore bien meilleur le lendemain. Ces fèves séchées, c'est la première fois que j'ose les cuisiner pour les hommes de la maison. Elles proviennent de Bolivie et révèlent un goût de noisettes très subtil qui a eu vite fait de me faire succomber.
Moi, les fèves j'adore...je n'ai donc pas pu résister à m'en délecter de manière toute simple: la simplicité donne aussi (souvent d'ailleurs) des résultats gustatifs des plus intéressants.

J'ai profité de cette envie de simplicité pour utiliser la fleur de sel du Gois que Marie-France  m'avait offerte à Soissons: une association heureuse et gourmande.


Ode à la Fève à la Fleur de Sel du Gois


Ingrédients pour 1 personne (moi toute seule....)

1 bol de fèves
1 échalote
1 pointe d'ail frais
huile d'olive
huile de noisette
2 citrons
persil
fleur de sel au thym du Gois
poivre noir du moulin




1. La veille, faire tremper les fèves dans de l'eau froide.
(elles doivent tremper au minimum 12 heures)

2. Rincer les fèves et les couvrir d'eau froide.

3. Ajouter un citron coupé en deux sans le presser. Porter à ébullition, couvrir et laisser cuire à feu doux 2h30.

4. Égoutter et ôter la peau. Mettre de côté.

5. Presser le jus d'1/2 citron et détailler le restant en rondelles.

6. Émincer finement l'échalote et la faire fondre dans 1 càc d'huile d'olive. Ajouter 1 pointe d'ail écrasé.

7. Ajouter les fèves pour les réchauffer et assaisonner de fleur de sel,de poivre et d'un filet de jus de citron.



Servir directement dans un plat chaud, parsemer de fleur de sel et de persil. Un trait d'huile de noisette.
Tout en simplicité, mais tellement bon.





Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 10:59

Je réapparais après quelques jours d'absence forcée. C'est que tout, vraiment tout est fait pour m'empêcher de trouver le temps. Heureusement qu'il me reste le lundi pour m'octroyer quelques minutes de plaisir et me donner la possibilité d'aller me promener sur vos blogs. Je ne sais malheureusement pas laisser de commentaire chez tout le monde mais je tente tant bien que mal d'y arriver. Sachez cependant que je passe régulièrement entre deux heures de cours, en attendant que les étudiants envahissent le local.

120_participants

Cela étant, je me réjouis déjà d'être le 29 novembre, pour - enfin- me donner deux journées de bonheur et - surtout - pour vous voir en "real" tous et toutes qui y passerez. Cela promet d'être un moment de partage extraordinaire.

Ce week-end, malgré les tâches diverses, je me suis tout de même donné le temps de nous préparer un petit repas, non de fêtes, mais haut en saveurs tout de même. Pour me faire plaisir à moi tout seule - ben oui de temps en temps on n'a que le bien que l'on se donne- un feuilleté de Herve aux figues de Barbarie dont je vous donnerai la recette mercredi. Pour nous deux, des endives bien de chez nous qui ont pris un goût de méditerranée qui, ma fois, leur allait à ravir. Et, pour se faire plaisir vraiment vraiment, en dessert, une panacotta avec...des fraises des bois! C'est que mes petits fraisiers ne veulent absolument pas admettre que l'automne  est là et ils n'arrêtent pas de nous offrir leurs fruits (la recette suivra dans le courant de la semaine).
En attendant, voici les endives méditerranéennes.

Endives Braisées
aux Effluves Maritimes du Sud

DSCN1031

Ingrédients pour 2 personnes:DSCN1030

4 endives
100 gr de filet d'anchois à l'huile
40 gr d'olives noires
4 oignons fanes
1 càs de caprons (+ quelques uns pour la déco)
300 gr de lieu noir
huile d'olive
2 gousses d'ail
sel
poivre noir du moulin
piment d'espelette
le jus d'1/2 citron

  1. Égoutter les anchois et en conserver l'huile. Les couper en morceaux.

  2. Hacher menu les olives, le lieu noir, les oignons fanes et les câprons.

  3. Mélanger le tout dans un plat avec l'huile de conservation des anchois. Un tour de moulin à poivre et laisser en attente.

  4. Ôter les feuilles extérieures des endives. Laver et bien essuyer. Les couper en deux dans le sens de la longueur et ôter le partie dure centrale à l'aide d'un couteau pointu.

  5. Farcir les endives avec la préparation au poisson. Refermer les endives et les maintenir avec de la ficelle de cuisine.

  6. Chauffer l'huile dans une casserole à feu moyen. Ajouter les endives. Assaisonner de sel 'pas trop la farce étant déjà bien salée), de piment d'espelette et de l'aile écrasé. Couvrir et laisser braiser à couvert pendant 10 min - 1/4 d'heure selon la grosseur de vos endives.

  7. Retirer les endives, ôter la ficelle. Déglacer les sucs de cuisson avec le jus de citron et rendre un bouillon.

Servir avec une pomme de terre
en robe des champs
un peu de sauce
et quelques câprons .

DSCN1029

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans légumes
commenter cet article

Présentation

  • : Alice au pays des saveurs
  • Alice au pays des saveurs
  • : jouer avec les saveurs pour, chaque jour, réapprendre à goûter, être à l'écoute des produits et des producteurs, partager avec ceux qu'on aime et tous les autres, s'amuser et découvrir.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Le Sureau dans tous ses Etats

26374422.jpg

Texte Libre

Signons la charte
"Abeille, sentinelle de l’environnement"

Texte Libre

Ici et Là, je suis aussi