Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 00:00

DSC04395 Ce week-end nous a donné l'occasion de rencontrer quelques "personnages" plus fous les uns que les autres. C'est que le Picnic que nous avions organisé en l'honneur de Candice et de Steve n'a pas été ménagé par la pluie.

 

 Heureusement, une tonnelle providentielle a abrité les fous qui avaient osé bravé la météo. Et des fous qui se retrouvent pour faire les fous, vous comprendrez que c'est indescriptible!

Allez donc voir quelque photos et surtout lire le compte rendude José rédigé, comme toujours, avec le coeur: vous comprendrez très vite pourquoi nous apprécions tant cette animatrice hors normes !

Vous pouvez aussi l'écouter en postcast (http://www.vivacite.be/podcasting/index.htm).

 

L'école a repris les rennes du temps et il m'est de plus en plus difficile de rédiger des articles dignes de ce nom sur mon blog. Mais je continue tout de même à jouer dans la cuisine dès que l'occasion se présente. Il y a des photos de recettes qui s'amoncellent dans les archives mais le temps reste encore et toujours le nerf de la guerre.

 

En attendant de vous donner les recettes des terrines que j'avais préparées pour le picnic, voici une petite "construction" qui m'a permis d'utiliser les quelques baies de sureau encore potables du jardin.

 

Maatjes sur Purée - Pommes Caramélisées au Céleri -

Jus de Sureau au Yuzu

 

DSC04395

 

 

 

DSC04394

 

 

 

 

 Ingrédients pour 1 personne:

 

 

 

 

2 maatjes

1 belle pomme à croquer

4 tiges centrales bien blanches d'un céléri branche

beurre non salé

1 càs de sucre

poivre de Sansho

fleur de sel

poivre noir du moulin

1 tasse de baies de sureau

1 càthé de Yuzu déshydraté

pour la purée: 3 pommes de terre

beurre - lait - sel - poivre - muscade -

1 jaune d'oeuf

 

 

 

 

1. Préparer ne purée de pomme de terre traditionnelle. Cuire les pdt en robe des champsdans de l'eau bouillante salée. Eplucher. Ecraser et ajouter petit à petit le lait chaud jusqu'à l'obtention d'un mélange bien lisse. Assaisonner et incorporer le beurre et le jaune d'oeuf.

 

2. eplucher la pomme. Détailler pomme et branches de céléri en petits cubes. Faire revenir dans le beurre chaud avec un peu de sucre. Laisser un peu caraméliser. Saler et parfumer de poivre Sansho. Tenir au chaud.

 

3. Faire éclater les baies de sureau avec un peu d'eau. Passer au chinois pour réclter le jus.

 

4. porter le jus de sureau à ébullition, ajouter le yuzu et de la fleur de sel.

 

 

Tout simple, plein de saveurs et un mariage terre-mer qui encore une fois réveille les papilles.

 

DSC04398

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 11:44

Une salade rapidement élucubrée  pour accompagner quelques petites mises en bouches partagées avec des amis arrivés à l'improviste. Comme je vous l'ai raconté dans le billet précédent, la nature est prodigue en cette période alors sachons ouvrir les yeux, laissons apprivoiser nos papilles et osons découvrir ce qu'hier nous n'imaginions pas un jour déguster.

 

Vous avez probablement tous et toutes déjà foulé ces plantes lors de promenades à la campagne , ces herbes que certains -beaucoup trop encore- qualifient de "mauvaises". J'ai, pour ma part , souvent vu ma grand-maman utiliser ces cadeaux dans la cuisine. Mais c'est sans nul doute grâce à Anne et José et leurs merveilleux Jardins de Pomone que je me suis vraiment lancée dans une utilisation moins craintive de ces ingrédients mis gracieusement à notre disposition. Ils dévoilent toute leur richesse gustative sans retenue dès lors que nous les respectons et que l'on veuille bien admettre que bien des choses sont possibles. 

 

DSC03517

 

 

Des feuilles, vous avez dit des feuilles?

On n'est pas des lapins que diable! Mais on le deviendrait ...

 

Herbes aux oies, épinard sauvage ou Chénopode Bon-henri: vous saurez tout sur lui en vous promenant ici.

Un peu d'oseille, celle-là vous la connaissez bien!

Quelques feuilles d'arroche rouge: au besoin allez refaire un tit tour là-bas...

un peu  d'agastache mexicaine pour sa saveur menthe-citron

 

et, puisqu'on mange aussi avec les yeux, quelques fleurs:  ciboulette, ail des ours, consoude et raifort.

 

 

 montage feuilles

 

Salade de Feuilles et Fleurs Sauvages ...

si rapidement préparée que ce n'est pas vraiment une "recette".

 DSC03520

 

 

Ingrédients pour 6 personnes (accompagnement)

 

un mélange de jeunes feuilles tendres

de chénopode bon-henri, d'agastache mexicaine,

d'oseille et d'arroche rouge

 

des fleurs de ciboulette, ail des ours, consoude

et raifort

 

un mélange de pignons, graines de courges,

raisins de corinthe bruns et pistaches

 

4 càs d'huile de noisette

1 càs de jus de citron

fleur de sel

poivre de sarawak

 

Pour la recette, rien de bien sorcier: laver et essorer délicatement les feuilles. Les ciseler au couteau et les mélanger à la main.

Émulsionner au plongeant les éléments de la vinaigrette.

Mélanger juste au moment de déguster.

 

Plus simple... difficile mais si sauvagement bon! 

 

DSC03522

 

 

la fin de l'année scolairde approche à grand pas et avec elle son lot de paperasseries administratives qui, j'en conviens, ne sont pas du tout dans mes occupations préférées mais elles sont obligatoires et prennent pas mal de mon temps libre.

 

De plus depuis une semaine, nous avons accueilli un nouveau petit compagnon- en fait c'est d'UNE qu'il s'agit. Xcel n'est plus seul à courir dans le jardin et le potager: à ses jeux vient se joindre JOY, une petite femelle Bouvier des Flandres de 9 semaines.

 

DSC03535.JPG

 

 

 

 

      "mwai... et mes privilèges, vous croyez que je ne dois pas me battre pour les conserver!!!!...."

 

 

 

 

 

 

DSCN1893.JPG

 

 

Un bon week-end à tous et toutes.

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 19:05

Comme tous les printemps, le renouveau de la nature me donne des envies de choses nouvelles, d'essais, de découverte. La nature à cette période m'apporte une profusion d'élucubrations plus farfelues les unes que les autres parfois.

Je sais, vous qui passez par ici n'avez pas nécessairement la chance de vivre à la campagne et, pour certain(e)s, les plantes sauvages, celles que l'on ne trouve jamais sur les étals de nos marchands, sont encore reliées à une sonnette d'alarme.

C'est logique et c'est sans doute bien ainsi, cela peut éviter des petits incidents. Mais, mises à part quelques plantes réellement toxiques, et un rien de bon sens, la nature est une véritable source de saveurs qui valent la peine.

 

Il suffit de se promener et de s'éloigner des grands chemins pour aborder une nature encore intacte, d'ouvrir les yeux et de bien vouloir regarder.

 

 collage1

 

 

 

 

 

Certaines choses sautent aux yeux, comme une évidence...

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

collage

 

 

 d'autres se font plus discrètes...

 

 

 

 

...mais toutes méritent que l'on se penche vers elles et qu'on donne à nos papilles la chance de découvrir des saveurs inconnues. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne pas confondre le lierre terrestre et le lamier pourpre:  ni l'un ni l'autre ne sont toxiques mais le lamier est une sorte d'ortie non piquante à grosse tige carrée - le lierre terrestre quant à lui rampe au sol et ses feuilles sont plus rondes.

 

 

 

Gratinade de Courgette et Tomate à la Vinaigrette de Lierre Terrestre

 

 

 

 DSC03239

 

 

   DSC03242

Ingrédients pour 1 personne (repas)

 

1 courgette ronde

2 tomates

1 gousse d'ail

parmesan râpé

sel

poivre noir du moulin

huile d'olive

6 càs d'huile pistache

le jus d'un demi citron

quelques pistaches

6 càs bombées de feuilles de lierre terrestre bien lavées et essorées

des fleurs de lierre terrestre

 

 

 

1. La vinaigrette:

 

émulsionner au mixeur plongeant l'huile de pistaches avec le jus de citron. Assaisonner de poivre du moulin et de sel.

Ajouter les feuilles et les fleurs de lierre terrestre . Laisser infuser une heure au frais.

 

2. Couper la courgette et les tomates en tranches épaisses régulières.

 

3. Chauffer l'huile d'olive dans une poële et y faire revenir les courgettes sur les deux faces.

 

4. Assaisonner de poivre et de sel et ajouter l'ail âvec parcimonie car trop d'ail risquerait de masquer la saveur caractéristique du lierre.

 

5. Déposer une cuillerée de parmesan râpé sur chaque courgette. Attendre qu'il fonde et recouvrir d'une tranche de tomate. Arrêter le feu et laisser couvrir.

 

Dès que la tomate est tiède, arroser généreusement de vinaigrette, agrémenter de pistaches et de fleurs de lierre terrestre fraîches. Savourer avec un morceau de pain multi-céréales.

 

 

DSC03241

 

 

et la seconde, plus connue, dont Chef Damien a parlé il y a peu ici, et qui, elle aussi, vaut le coup:

 

Miel de Pissenlit

 

DSC03232

 

DSC03233

 

 

Ingrédients:

 

fleurs de pissenlits fraîchement cueillies

eau

le jus d'une orange

sucre semoule (j'ai utilisé 1 kg de sucre pour 8 dl de jus recueilli)

 

 

1. Séparer les fleurs jaunes des parties vertes qui donneraient de l'amertume à votre miel.

 

 

 coupe d'une fleur de pissenlit

 

2. Couvrir d'eau et laisser  infuser 4 heures au frais.

 

3. Porter à ébullition. Retirer du feu et laisser refroidir.

 

4. Passer dans une étamine et bien presser.

 

5. Ajouter le sucre et porter lentement à ébullition comme pour une gelée de fruits. Mélanger sans cesse jusqu'à la nappe.

 

6. Verser dans des pots préalablement ébouillantés et celler.

 

 

 

  Des idées d'utilisation d'ici quelques jours?

 

 

 

DSC03231

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 15:06
Le temps passe toujours beaucoup trop vite: la rentrée et son lot de tâches administratives peu motivantes, le soleil qui continue à nous donner l'impression d'être encore un peu en vacances, toutes les choses qu'on avait projeté de réaliser et qui sont toujours en attente, toutes celles que l'on a accomplies et puis tout ce qui est arrivé comme autant de surprises, tout cela fait que quelque part je me dis que j'ai de la chance.
J'ai beaucoup de chance de continuer à m'amuser dans ce que je fais, beaucoup de chance de rencontrer des gens extraordinaires, beaucoup de  chance vraiment. Des rencontres, il y en a certes tous les jours, le quotidien d'un prof est loin d'être monotone à ce sujet, croyez-moi. Il n'y a pas un jour où je me ne me dis pas que mes étudiants m'ont appris quelque chose. Ces quelques choses mis l'un derrière les autres, c'est ma vie et j'en suis fort heureuse.
Des rencontres, il y en a aussi en dehors de l'école et heureusement! Vous avez déjà eu l'occasion d'en lire quelques unes ici ou sur les autres blogs. La dernière fut un réel partage dont je vous ai parlé ici.
A cette occasion, j'avais préparé, entre autres choses, un petit dessert avec une petite baies sauvage que j'affectionne tout particulièrement: le sureau. Les arbres les moins exposés au soleil en regorgent encore dans la campagne environnante alors j'ai voulu réitérer la chose pour des amis.

Figue Caramélisée en Nuage de Mélisse
et Sirop Épice de Sureau



Ingrédients pour 4 personnes:

2 belles figues
4 càc de sucre de canne
4 càs de miel liquide
2.5 dl de cr fraîche entière
2 càs de sucre glace
feuilles fraîches de mélisse
1 bol de baies de sureau
2 càs de sucre
3 càs d'eau
poivre long
4 tranches de cramique*


* le Cramique est une spécialité belge: un pain brioché fourré de raisins de corinthe garni de sucre en grains.



1. Porter la cr fraîche à ébullition avec les feuilles de mélisse. Laisser infuser jusqu'à complet refroidissement.

2. Ajouter le sucre glace et passer au chinois.

3. Mettre en siphon avec 1 cartouche de gaz et laisser reposer au réfrigérateur.

4. Ajouter l'eau aux baies de sureau et les faire éclater  sur le feu.

5. Chinoiser afin d'en retirer un maximum de jus. Ajouter le sucre et réduire jusqu'à la consistance d'un sirop léger. Ajouter un peu de poivre long.

6. Couper les figues en 2. Les déposer dans un palt à gratin. Sur chaque demi fruit verser 1 càc de sucre de canne et 1 càs de miel. Passer sous la salamandre.


Servir sur une tranche de cramique (à défaut une tranche de brioche).



Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 18:16
Il y a une semaine déjà, nous nous sommes retrouvés dans un jardin merveilleux. Un coin de verdure dans Bruxelles où Anne et José, fidèles à la nature, nous ont permis de partager des moments, des saveurs et des savoirs dont ils ont le secret. Ce fut une journée ensoleillée au propre et au figuré: nous avons pu profiter de la nature généreuse pour nous détendre à l'ombre d'une petite tonnelle, pour bavarder entre les parcelles d'aromatiques, déguster quelques petites choses en ligne directe du potager tout en s'amusant. 

Vous avez sans doute déjà pu lire les jolis billets écrits par certaines bloggeuses présentes. Damiennous est arrivé de Soissons en ayant bien soin de faire un petit détour par Paris (c'est sur la route n'est-ce pas ;-) ) afin d'y embarquer des bloggeuses qu'il ne faut plus vous présenter: Diane(sans Nono mais avec son humour génial), Pupuce, Clémence  et Myrtille. Ces joyeux gourmands avaient donné rendez-vous au pied de l'Atomium à une autre petite bande tout aussi sympathique venue de Lorraine avec leurs mirabelles et leur bonne humeur:  SandraMAri  et sa maman, Cendrine et Christine.
Thierry et son épouse, un blogueur belge a, lui aussi, eu l'occasion de se joindre à cette fête et sa chemise ainsi que son pantalon doivent s'en souvenir ;-)   - siphon = danger!!!! -
Nous nous sommes donc retrouvés dans le petit Eden des Jardins de Pomone en compagnie des autres Ecaviens: Marielle, Mark et sa petite famille, Apolinaet Dom, Aline et sa fille, Anne et José ...
Manquaient à l'appel notre chère Micky et son Math qui sont en train de s'émerveiller devant les beautés crétoises.

Je ne vais pas vous réécrire l'histoire de cette journée exceptionnelle en partage, en découvertes, en rires, en gourmandises, d'autres l'ont déjà fait - et très bien fait-, il vous suffit de cliquer sur les noms les liens de tous ceux et celles qui étaient présents pour découvrir les impressions. Je vous donne juste un petit "melting-pot" de photos capturées ici et là.

Une journée pour faire le plein de souvenirs à faire et refaire encore et encore.
Merci à Anne et José et à tou(te)s les participant(e)s.



Nous avions tous et toutes préparé quelques petites gourmandises à l'intention des papilles de ces gourmands gourmets. Je suppose que vous en trouverez les recettes sur les blogs des Ecaviens.
L'explication des petites gourmandises que j'avais préparées à cette occasion risqueraient de prendre un peu trop de place ici et de vous lasser . Pour ceux et celles que cela intéressent les recettes vous sont données en lien via une petite imprimante individuelle.


Petit Cake Ibérique au Quinoa et sa Mayonnaise de Tahiné

imprim.jpg



Quichette de Cabillaud à la Crème de Consoude

  imprim.jpg




Nouilles à l'Achillée Millefeuille et
Salade de Grises de la Mer du Nord
imprim.jpg






Velouté de Radis en Rose et Vert et son Cru de Betterave de Chioggia


                    imprim.jpg



Mousse de Tétragone Cornue à La poire et son Petit Cake

        tetragoneimprim.jpg



Rouleau de Printemps aux Légumes du Potager
 



Avec quelques  feuilles croquantes ciselées de Blonde Paresseuse de Laeken (une laitue chère au coeur de José ;-) ) dont je n'ai malheureusement pas de photo, ces rouleaux de printemps étaient composés de légumes divers tels que:

imprim.jpg





pourpier                  carottes jaunes                crambe maritime
                                 du Doubs        
        Cliquez pour voir l'image en taille réelle          bresych môr - Crambe maritima (sea kale) par Gwylan                         

       arroche rouge            ficoïde glaciale                  bette maritime
                     Blette maritime



Cramique aux Figues Caramélisées - Espuma de Mélisse - Coulis de Sureau au Poivre Long

baie sureau










J'ai oublié de prendre des photos avec la garniture complète...
Mais j'ai réitéré ma folie ce midi pour conclure un repas avec un couple d'amis et vous l'aurez dans le courant de la semaine avec la recette.



Glace à la Pimprenelle et Mirepoix de Green Zebra
Jus de Balsamique
 ... pas de photos, il faisait chaud et il fallait être rapide  pour les servir !!!! -n'est-ce pas Anne ;-)


La recette simplissime
: la glace à la pimprenelle (la recette ici)
Couper les tomates en deux et en retirer l'intérieur que vous garder précautionneusement. Découper la chair en petits cubes.
Mixer l'intérieur des tomates avec un filet de caramel de balsamique et passer au chinois.

Servir une boule de glace chapeautée de cubes de tomates natures. Verser un petit filet de Jus de Balsamique
Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 06:05

La "Sole Végétale" pourquoi ce surnom donné à une sauvageonne qui affectionne particulièrement les talus et bords de rivières de nos régions? Tout simplement parce ses feuilles cuites ont une saveur qui se rapproche très fort de celle de la sole.
Grâce à la générosité de José, j'ai maintenant un pied de consoude au potager qui s'en donne à coeur joie.

La consoude est intéressante à plus d'un titre. Non seulement son goût particulier a de quoi éveiller la curiosité de nos papilles mais  elle est aussi extrêmement riche en protéines complètes, en sels minéraux et en vitamine B12 (dans les feuilles).
Les romains la conseillaient déjà aux personnes qui avaient subit des fractures osseuses car elle est très riche en calcium. C'est de cette propriété qu'elle tient sont nom: consolider les os.


Les jeunes feuilles sont les meilleures.. mais les les plus âgées sont également bien appréciées(elles sont simplement un peu plus piquantes). Jeune, on pourra utiliser ses feuilles en salade  mais elle convient également parfaitement à la réalisation de soupe. Consommée comme un poisson " en filet "(trempez les feuilles dans de la pâte à crêpe avant de faire frire à la poêle) ou en beignet, elle a de quoi surprendre.

A ces qualités gustatives, il faut ajouter la qualité du purin de consoude.

C'est l'engrais vert le plus précieux au potager. Riche en éléments nutritifs (en particulier azote et potasse), on l'utilise pour constituer un purin aussi riche que le nitrate de potasse. Il faut environ 1 kg de feuilles que l'on fait macérer une semaine dans 10 litres d'eau. On filtre et on pulvérise le feuillage (dilué à 1/20) ou on arrose le pied des plantes (dilué à 1/4). La consoude mise en tas produit en quelques jours un compost largement aussi riche que le fumier.
http://pagesperso-orange.fr/girard.guilleme/purin.htm



Une seule recommandation ne vous aventurez pas à manger une plante que vous n'avez pas reconnue à coup sûr. En l'absence de floraison, la consoude peut aisément être confondue avec la Digitale qui est violemment toxique! Le poison de la Digitale attaque le coeur et le système nerveux. Un détail important pour les distinguer : les feuilles de la Digitale sont douces au toucher, tandis que les feuilles de la Consoude sont rêches. Si vous connaissez la sensation laissée par les feuilles de bourrache sur la peau, vous ne pourrez pas vous tromper. La consoude fait d'ailleurs partie de la même famille de plantes (les Borignacées, comme la bourrache et le myosotis). 



Hier fut une journée bien remplie et, lorsque je suis rentrée , il était déjà bien tard, peut-être trop tard pour me lancer dans des grandes préparations. J'ai ouvert mon réfrigérateur afin de trouver un petit quelque chose à me mettre rapidement sous la dent, étant donné l'heure tardive, il me fallait quelque chose de rapide et de léger. Le réfrigérateur était bien pauvre et je suis allée au potager voir ce qu'il pouvait m'offrir. La réponse fut vite trouvée: consoude, pourpier et oseille... : je pouvais bien associer ces trois- là afin de me régaler.


Beignets de "Sole Végétale" ,
Farce de Fromage Blanc au Pourpier,
à l'Oseille et aux Trois Graines



Ingrédients pour 3 beignets:

6 feuilles de consoude
1 tasse de pourpier  émincé
1 tasse d'oseille émincée
1 càs de graines de sésame blond
1 càs de graines de sésame noir
1 càs de graines de cresson (poivre des fontaines)
1 tasse de fromage blanc
sel
poivre noir du moulin
150 gr de farine
1/2 sachet de levure
2 oeufs
2 dl d'eau froide
sel et poivre
huile de tournesol



1. Laver les feuilles et bien les essuyer.

2. Préparer la farce en mélangeant tous les ingrédients (graines, pourpier, oseille, fromage blanc). Assaisonner.

3. Recouvrir la face externe de 3 feuilles de consoude avec la farce et couvrir avec les trois feuilles restantes (comme un sandwich).















4. Préparer la pâte à beignet:

Tamiser la farine dans un récipient. Ajouter un oeuf entier et un jaune (conserver le blanc). Assaisonner de poivre et sel. Compléter avec l'eau tout en fouettant.Battre le blanc d'oeuf en neige ferme et l'incorporer à la préparation.

5. Plonger les feuilles de consoude farcies dans la pâte et les faire frire à l'huile de tournesol dans une poêle. Egoutter sur un papier absorbant.



J'ai dégusté mes beignets avec une belle tomate simplement tranchée, assaisonnée de jeunes oignons émincés, un trait d'huile d'olive et quelques gouttes de citron. Juste un peu de fleur de sel et un tour de moulin à poivre. A refaire!

  
Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 22:03





Je ne sais si c'est une légende ou non, toujours est-il que le nom de ce cocktail trouverait son origine dans la tendre Madame Hemingway, Mary de son prénom, qui détestait quand son cher époux avait bu un petit verre. La tendre Mary donc, lorsqu'elle estimait que le cher homme avait un peu abusé de nectar et spiritueux divers, avait pour habitude de se fâcher toute rouge. Rouge...vous voyez le glissement de sens: Bloody Mary.

Mais vous trouverez d'autres explications au sujet de ce cocktail, certains y voient une allusion à la sanglante  "Mary Tudor" surnommée "Bloody Mary" (Marie Sanglante). Cette reine d'Angleterre sanguinaire était la fille d'Henry VIII (le roi aux 6 épouses), régna pendant quelques années et rétablit le catholicisme en Angleterre en faisant exécuter les opposants.

Présenté sous la forme d'un remède contre la gueule de bois, le Bloody Mary a été inventé en 1921 au "New York Bar"à Paris par Ferdinand Petiot . Selon la légende, c'est pour le comédien américain Roy Barton que Petiot aurait concocté ce mélange d'épices, de citron, de jus de tomates et de Vodka, qui fut d'abord connu sous le nom de Bucket of Blood avant de devenir le long drink "Bloody Mary" en 1931.

Toujours est-il que si un amateur de cocktail passe par ici, qu'il ne me tienne pas rigueur de mon impossibilité chronique de reprendre une recette sans y ajouter mon grain de sel.
Mon activité principale actuelle n'est autre que le jardinage. Et jardinage et chaleur conjugués forment un cocktail détonnant qui me pousse à être encore bien moins disciplinée que d'habitude. Vraiment très indisciplinée car je tenais à ce que les deux zhoms ne déclarent pas forfait en découvrant le goût de la tomate... qu'ils verraient bien mal en tant qu'ingrédient de boisson apéritive.


Bloody Mary à la Livèche ... comme chez moi...




Ingrédients pour 4 personnes:

500 gr de pastèque coupée en cubes
4 tomates
tabasco
sauce worcestershire
quelques feuilles de livèche (à défaut du céleri)
vodka
jus d'1 citron
glaçons



Quant à la préparation, rien de bien sorcier. Juste s'y prendre un peu à l'avance de manière à laisser bien refroidir au réfrigérateur (ou comme moi, une demie heure au surgélateur...).

Mixer tous les ingrédients dans un blender. Ajuster l'assaisonnement en fonction de votre goût. Pour mes zhoms, j'ai même ajouter un peu de sucre...
Chinoiser afin de ne conserver que le jus et siroter sous un parasol accompagné de quelques petites babioles tout aussi gourmandes.

En voici une, rapide, qui m'a été inspirée par notre journéesauvage de dimanche dernier avec Nicolas.



Mascarpone aux Bourses à Pasteur

Bourses à Pasteur...


Considérée comme une des mauvaises (je dirais plutôt malvenue aux yeux de certains!) herbes les plus répandues sur la terre, la bourse-à-pasteur pousse dans n'importe quel sol sous n'importe quel climat. On la trouvera dans les terrains vagues ou les clairières, sur le bord des chemins, le long des haies, à l'ombre comme au soleil, en plaine comme en montagne. Elle ne dédaigne pas non plus les fentes des trottoirs.
Elle a donc non seulement une remarquable capacité d'adaptation aux sols de toute nature mais elle est également  d'une prodigieuse fécondité - une seule plante peut mûrir 50 000 graines !!!

En Europe, on a mangé les jeunes rosettes de feuilles, crues ou cuites, au printemps surtout.  Au Japon, elles constituent l'une des sept herbes printanières traditionnelles, hachées et cuites avec du riz et d'autres plantes sauvages. Un peu sucrées, les petites fleurs blanches peuvent s'ajouter aux salades. On peut également exprimer le suc de la plante fraîche et l'ajouter à un jus de légumes. Enfin, les petites graines possèdent une saveur piquante qui en fait un excellent condiment.

Mais pourquoi "bourse à pasteur"?
On dit qu'à la ceinture des bergers d'autrefois, pendait une bourse, vaguement triangulaire, qui était toujours plate, car les bergers étaient très pauvres. C'est à cause de la ressemblance des fruits de la plante à cette fameuse bourse qu'on lui a donné le nom de bourse-à-pasteur.





Ingrédients pour 4 personnes:


1 baguette "ficelle"
1 gousse d'ail
2 càs d'huile
persil plat
100 gr de concombre
2 càs de mascarpone
1 càs de jus de citron
2 càs de fruits de bourses à pasteur
quelques brins de ciboulette
sel
poivre de sarawak





Comme pour la recette précédente, du simple, du rapide et du goûteux. Tout pour me plaire...



1. Mixer l'ail, l'huile et le persil. Couper la ficelle en tranches d'1/2 cm et badigeonner avec l'huile parfumée. Faire sécher au four à 100°.

2. Mélanger à la fourchette, le concombre coupés en petits dés (0.5 cm), le mascarpone, la ciboulette ciselée très finement et le jus de citron. Ne pas oublier les graines sauvages de bourses à pasteur. Assaisonner au goût de poivre et sel.

3. Tartiner les tranches de ficelles craquantes et  ...



... croquer pour craquer!




Version Imprimable ICI
Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article
6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 22:30

Capucinesrougejaunes

Cette année, les capucines s'amusent vraiment beaucoup tout comme les courges. Au fond du terrain et dans les endroits plus difficilement accessibles pour la tondeuse, j'ai donné libre cours à ces plantes rampantes et je dois dire qu'elles s'amusent comme des folles. C'est un réel plaisir, tous les matins, alors que la rosée laisse encore poindre ses petites perles ici et là sur leur couleurs chatoyantes, d'admirer leur beauté.

Belles elles sont c'est certain, mais ces petites coquines s'avèrent également être très très goûteuses que ce soit crues ou cuites. Sa fleur colorée aux ton jaunes et orangés, ses feuilles au goût de cresson prononcé, ses graines et ses boutons de fleurs sont comestibles. Graines et boutons floraux ont une saveur piquante et aromatique. Entièrement comestible et riche en vitamine C, cette plante a donc plus d'un tour dans son sac et mérite qu'on lui accorde toute notre attention. De plus, elle est très accommodante et volontaire et ne demande aucun soin particulier, tout au plus exige-t-elleexige-t-elle un espace digne de son exubérance.

Je  lui a consacré deux petites préparations. La première, pour la conserver, est assez classique et vous la trouverez un peu partout dans les livres ou sur les blogs. Je vous en donne rapidement la recette.

Câpres de Capucines

caprecapuc3

Ingrédients:caprecapuc2

boutons de fleurs de capucines (le moins ouverts possible)
graines de capucines
sel
poivre noir

un bon vinaigre de cidre
1 feuille de laurier par bocal

 

 

  1. Récolter les boutons floraux et les graines le  matin, avant que le soleil ne soit trop chaud. De cette manière, vous conserverez un maximum d'arômes.

  2. Laver délicatement les boutons floraux (je n'ai pas pu résister à faire un essai avec quelques boutons plus ouverts, afin de retrouver leur couleur dans mes salades d'hiver). Les laisser égoutter.

  3. Laver les graines, les égoutter et les sécher.

  4. Faire macérer les graines dans du sel pendant 2 heures. Les rincer sous l'eau courante. Bien sécher.

  5. Faire bouillir une quantité suffisante de vinaigre afin de recouvrir les graines et les boutons.

  6. Mettre en pot, saler et poivrer. Ajouter la feuille de laurier. Recouvrir de vinaigre bouillant et fermer hermétiquement.

A consommer sans modération après 1 semaine,
dans les salades de légumes voir de fruits,
dans les farces,
pour parfumer des sauces chaudes ou froides.
Son goût à la fois sucré et poivré s'accommode
avec beaucoup de choses... laissez libre cours à votre imagination

 

 

 

 

La seconde des recettes m'a directement été inspirée par notre ballade gourmande de ce lundi 4 août. J'en ai ramené tellement de choses intéressantes et délicieuses que je voulais absolument essayer quelque chose. Entre les divers petits pots, sachets, légumes...ramenés dans mon panier, j'aurais aimé pouvoir tout utiliser. Mais en cuisine, le plus simple étant souvent le mieux approprié à sublimer les parfums des bons produits, je me suis raisonnée. Le Testun au Barolo,déjà apprécié avec un simple morceau de pain dès le retour, était sans aucun doute le produit le plus délicat quant à la durée de conservation. C'est donc de lui que je me suis servie pour cette petite entrée toute en parfums. Afin de ne pas rendre jaloux son compagnon de magasin, le sirop de Mimosa, je les ai rassemblés dans cette assiette gourmande.

Pannequets de Capucines
au Testun de Barolo
Sauce aux Effluves de Mimosa

testuncap1

Ingrédients pour une personne:testuncap4

8 belles feuilles de capucines de taille moyenne
80 gr de Testun au Barolo (fromage italien)
4 petites tranches de mie de pain
2 càs d'huile d'olive
deux jeunes oignons tige
quelques boutons de fleurs de capucines en garniture
quelques cristaux de sel rose de l'Himalaya
poivre long
1 càs d'huile de pépin de raisin
1/2 càs de vinaigre de vin blanc
1 càs de sirop de mimosa
de la ficelle de cuisine

 

 

 

 

  1. Passer les feuilles de capucines sous l'eau fraîche en pluie fine. Les essuyer délicatement.

  2. Écraser le fromage à la fourchette.

  3. Superposer deux feuilles de capucines et déposer une cuillère de fromage au centre. Refermer de manière à obtenir des petits paquets. Maintenir avec de la ficelle de cuisine.

  4. Émincer les oignons. Les faire à peine fondre dans l'huile de pépin de raisin. Ajouter le vinaigre de cidre. Saler et poivrer (poivre long). porter à ébullition quelques secondes. Ajouter le sirop de mimosa et rendre un bouillon.

  5. Faire dorer le pain sur les deux faces à la poële dans l'huile d'olive. Réserver.

  6. Cuire les pannequets dans de l'huile de pépin de raisin 1 min sur chaque face, juste de quoi faire un peu fondre le fromage.

Dresser l'assiette,
couler la sauce au Mimosa sur l'ensemble
parsemer de pétales de capucines ciselées
...
Un vrai délice!
A vos fourchettes
...


testuncap6

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 15:08

artich2Je vous les avais promis pour mercredi... Mea culpa, ici c'est toujours le même refrain: il faudra vraiment que j'attende fin juin pour - enfin - pouvoir vous consacrer le temps que vous méritez. Je survole les blogs, je mets plein de vos recettes dans mes favoris et puis ... je n'ai pas le temps de les faire. Les vacances vont être mises à profit pour rattraper tout ce retard et - tant pis pour le régime - me délecter de tout ce que vous me donner à glaner chez vous tous et toutes.

En attendant, des petits menus qui se préparent facilement à l'avance, qui ne nécessitent aucune préparation de dernière minute et qui se mangent à tout moment, à table ou, bien plus souvent, sur le coin du bureau. Grignotages plus que repas mais préservation d'un minimum d'équilibre tout de même.

Artichauts en Vinaigrette Douce de Fleurs

artich1

Ingrédients:

8 coeurs d'artichauts poivrade
2 dl de lait entier
sel
poivre noir du moulin
3 càs d' "Aromat" (Knorr)
4 càs d'huile d'olive
4 càs de vinaigre blanc
2 càs de jus de citron

4 oignons de printemps
fleurs de bourrache
fleurs de ciboulette

  1. Dissoudre le sel dans le lait à température ambiante.

  2. Ajouter le poivre et l' "Aromat" aromat, bien mélanger.

  3. Ajouter le vinaigre et le jus de citron. Laisser reposer au réfrigérateur.

  4. Au moment de servir, ajouter les artichauts, les oignons émincés. Rectifier l'assaisonnement. Si nécessaire, ajouter un peu de cr fraîche pour corriger l'acidité.

Parsemer de fleurs de ciboulette
et de fleurs de bourrache...
Bien frais, c'est délicieux, en toute simplicité,
avec du pain de campagne et du fromage.
Faire fondre sous le grill
une tranche de fromage à raclette ou,
comme moi, de Fontina,
garnir d'artichauts en vinaigrette...
Le chaud et le froid splendides...

artich6

Après cet en-cas/repas, pour se donner du coeur à l'ouvrage, une douceur digne d'Eden pour qui apprécie le chocolat blanc et les fruits de la passion:

Carré Blanc Glacé Tout Doux
aux Fruits de la Passion

gatfruitpas3

Ingrédients pour un gâteau de 25 cm/15cmgatfruitpas9

150 gr de farine
150 gr de beurre en dés
4 càs de sucre glace
2 gr d'agar agar
0.5 dl de jus de citron
1 boîte de lait concentré sucré
2 càs de lait entier
3.5 dl d'eau
50 gr de poudre de crème dessert à la vanille
200 gr de sucre semoule
la pulpe de 8 fruits de la passion

  1. Préchauffer le four à 180°

  2. Travailler la farine avec le beurre et le sucre glace de manière à obtenir un mélange homogène.

  3. Tapisser un moule rectangulaire de papier sulfurisé et  étendre la pâte.

  4. Cuire 20 min à 180° et laisser refroidir dans le moule.

  5. Faire chauffer le lait concentré. Ajouter le jus de citron. Porter à ébullition.

  6. Ajouter l'agar agar et fouetter. Laisser refroidir et étaler sur le biscuit. Laisser prendre au réfrigérateur.

  7. Faire chauffer les 2 càs de lait avec l'eau, la poudre de crème vanille et le sucre semoule. Porter à ébullition sans cesser de mélanger au fouet. Faire ainsi épaissir e mélange. Retirer du feu et couvrir. Mettre en attente 15 min.

  8. Ajouter alors la pulpe de fruits de la passion et 2 càs de jus de citron.

  9. Napper le gâteau et laisser prendre au réfrigérateur.

En dessert, ou juste pour se faire plaisir,
avec un petit noir serré,
une boule de glace vanille au Galak,
garni d'une sommité de menthe fraîche...

gatfruitpas0

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 16:22

C'est promis, c'est la dernière fois... je ne vous parlerai plus du sureau!

16222730_pDéjà l'année dernière, à cette époque, je m'étais amusée avec ses fleurs: en crêpes (ici) ou en flan (ici). En juillet ce furent ses baies qui ont apporté beaucoup de sensations à mes papilles: en ketchup (ici), en gelée épicée (ici), en salé avec du magret (ici) et dernièrement, avec des baies que j'avais surgelées (ici). Vous verrez d'autres recettes chez Tiusha (avec ses ombelles en tempura), chez Micky (et sa gelée) et bien d'autres encore.

Vous frôler peut-être l'overdose de sureau mais la période où l'on peut profiter pleinement des effluves de ses ombelles est tout de même assez éphémère et il s'agit d'en profiter au plus vite.

Cette année, deux recettes: le vin de ma grand-maman et sa gelée.

S4100001

Vin de Fleur de Sureau

S4100006

Pour ce vin, comme pour beaucoup de délicieuses choses que nous préparait ma grand-mère, je n'ai gardé que le souvenir de soirées d'été passées à discuter ou à jouer aux cartes sous les grands arbres. Mon grand-père nous accordait un petit verre de vin lorsque nous avions été bien sages.
La recette avec ses quantités...s'en est allée avec ma grand-mère mais je me souviens des ingrédients qu'elle utilisait pour l'avoir préparé plusieurs fois avec elle.

J'ai donc utilisé les quantités qui me semblaient raisonnables... Le résultat après le test du goût dans quelques temps...

5 litres de vin blanc sec (Moselle)
5 grosses poignées d'ombelles dont vous aurez ôté un maximum de tiges (j'ai utilisé un peigne larges dents pour les peigner et récupérer les fleurs et ça marche très bien)

Vous mettez tout cela dans une grande bouteille et laissez macérer quelques jours dans un endroit frais et sombre. Retourner la bouteille de temps à autre.

Je sais qu'il faut ajouter du sucre et de l'alcool mais en quelle quantité...mystère. Après quelques jours de macération, j'ai donc ajouté3/4 de litre d'alcool à 90° et j'ai rectifié le taux de sucre avec du sucre de canne liquide.

A dans quelques temps pour l'apéro...

En attendant, un petite tranche de pain avec du bon beurre mi-sel et un peu de gelée vous ferait-elle plaisir?

Gelée de Fleur de Sureau

S4100002

2 kg de pommes à cuire (bio si possible)
1 seau de 5 l d'ombelles de sureau
1 jus de citron
1/2L d'eau

Laver les pommes et les couper en morceaux sans les peler ni ôter les pépins. Les mettre dans une grande casserole avec l'eau, le jus de citron et les fleurs de sureau. Faire compoter à feu doux.

Verser dans une étamine et laisser pendre une nuit au-dessus de la bassine à confiture. Tordre afin de récupérer un maximum de jus.

Sur feu vif, ajouter 750gr de sucre par litre et demi de jus. Porter à ébullition, baisser le feu et laisser cuire à petits bouillons jusqu'à ce que la gelée commence à épaissir et commence à foncer (+/- une heure selon la quantité).

Relancer alors le feu au maximum, de gros bouillons et de petites bulles blanches apparaissent à la surface. Tester la consistance en coulant une goutte sur une assiette bien froide.Si elle se fige directement, la gelée est bonne.

2écumer la surface du liquide et mettre en pots.

A déguster sans modération aucune...

S4100005

Repost 0
Published by savoureusesaveur - dans sauvageonnes
commenter cet article

Présentation

  • : Alice au pays des saveurs
  • Alice au pays des saveurs
  • : jouer avec les saveurs pour, chaque jour, réapprendre à goûter, être à l'écoute des produits et des producteurs, partager avec ceux qu'on aime et tous les autres, s'amuser et découvrir.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Le Sureau dans tous ses Etats

26374422.jpg

Texte Libre

Signons la charte
"Abeille, sentinelle de l’environnement"

Texte Libre

Ici et Là, je suis aussi